NOEMIE MISS CERISE

Pourriez-vous me parler de vous, de ce qui a motivé la création de votre blog ? Qu’est ce que l’alimentation bio a changé chez vous ? Comment s’est passée cette transition ?
Ce n’est peut-être pas d’une originalité folle mais je suis une amoureuse de cuisine! Je cuisine depuis que je suis toute petite… J’étais toujours dans les jupes de ma maman, qui frustrée de n’avoir pas su cuisiner avant ses 20 ans m’a tout appris avec plein d’amour, de folie et de créativité! En grandissant, j’ai été à l’école du partage et je suis devenue médiatrice culturelle, dont la base est de transmettre tout ce qu’on connait aux autres… Pour moi, partager, transmettre est naturel et je ne peux pas m’en empêcher!

A 16 ans, on m’a diagnostiqué un trouble de santé pour lequel j’ai du prendre un traitement qui s’est fait le plaisir de me démettre toute la flore intestinale. Je ne pouvais plus manger sans être malade. Certaines légères intolérances que j’avais sont devenues ingérables au quotidien. J’ai vécu ce moment comme un point zéro, le moment où il fallait tout réinventer pour continuer de pouvoir être gourmande! J’ai plongé dans le monde de la cuisine bio, entourée de quelques proches.

A partir de là, il était évident que je voulais partager mes trouvailles, et aider également les autres qui pouvaient se trouver désemparés, mais également tous ceux qui étaient curieux d’une cuisine plus saine, plus respectueuse de la planète, de la santé et de l’éthique humaine et animale.

J’ai mis plusieurs années à parvenir à m’alimenter complètement bio. Aujourd’hui je consomme bio à 95% du temps. Il faut du temps pour prendre des habitudes alimentaires qui effacent celles qui nous semblaient autrefois évidentes.

Ce que l’alimentation biologique a changé chez moi? Au delà d’avoir la sensation de faire du bien au monde qui m’entoure, d’avoir rencontré à travers mon blog des personnes fabuleuses, c’est surtout une santé bien meilleure! J’étais autrefois migraineuse, je faisais régulièrement des allergies saisonnières, j’avais des douleurs, des petits maux d’hiver… Aujourd’hui, je n’ai plus ce type de problèmes récurrents, je n’ai plus non plus de problèmes de peau etc… C’est une révolution interne!

Vous êtes plutôt proche du végétarisme , pourquoi ce choix ? Comment équilibrer un repas sans viande ?

Oui, je suis ce qu’on appelle « flexitarien ». C’est un mode d’alimentation très proche du végétarisme que beaucoup de personnes aujourd’hui adoptent! Le flexitarien connait l’équilibre alimentaire végétarien sur le bout des doigts, consomme très majoritairement une alimentation végétale et fait parfois exception pour des raisons sociales (les repas de famille), de santé (face à certaines anémies) ou tout simplement par plaisir rare (une à 4 fois par mois). Ce choix, je l’ai fait depuis des années. Au départ, la raison était économique car la viande ou le poisson sont des aliments onéreux. La raison qui est venue ensuite était écologique! Comment accepter que dans le monde, des terres soient réquisitionnées pour l’élevage, consommant énormément de ressources (eau et céréales) de base alors qu’en réduisant l’élevage, nous pourrions en plus de diminuer les problèmes écologiques de notre planète, nourrir beaucoup plus de populations dans le monde! Je n’accepte pas non plus qu’en 2014, des populations puissent continuer à mourir de faim alors que nous avons la solution pour résoudre ce problème!

Également pour des raisons de santé désormais bien connues : la surconsommation de produits carnés engendre des risques cardiovasculaires et augmente les taux de mauvais cholestérol!

Et enfin, pour des raisons éthiques! Je ne considère pas un animal comme étant un « produit » que l’on peut traiter comme un céréale ou un légume! J’ai beaucoup de mal à accepter les élevages intensifs où les animaux se marchent dessus, où ils ne voient pas la vraie lumière du jour et où ils ne sont pas considérés comme des êtres vivants doués de sens.

Je ne suis pas pour que chacun devienne végétarien mais j’aimerai que tous prennent conscience de la nécessité de consommer les protéines animales de manière raisonnable, que chacun sache d’où vient le poisson et la viande qu’ils consomment et la vie qu’ils ont connus avant d’être abattus, et que de plus en plus de personnes se soucient de leur santé et de celle de la planète! Il me semble qu’aujourd’hui, chacun doit prendre ses responsabilités face à la terre que nous voulons laisser à nos enfants.

Beaucoup de personnes craignent en réalisant un repas végétarien de manquer de protéines. Or, en réalité, nous consommons bien souvent trop de protéines sans le savoir! Il est d’ailleurs très simple de consommer des protéines en ayant une alimentation même 100% végétale! Les protéines ne sont pas réservés aux produits carnés!

C’est une question d’apprentissage mais l’équilibre végétarien est plutôt simple. Si on pense aux repas d’autrefois de nos aïeux qui ne mettaient pas les viandes à tous les repas, ils n’avaient pas de réels problèmes d’équilibre alimentaire! Consommer de la viande ou du poisson ne résout pas tout! Nous ne mangeons pas assez de légumes ou de fruits par exemple! Nous oublions également de nous soucier des vitamines, des bons lipides et des fibres qui nous permettent de tenir sans manger jusqu’au prochain repas! Sans parler des sucres dont nous ignorons bien souvent le fonctionnement!

Dans une journée de repas végétarien, on trouvera des céréales et des légumineuses, des graines et oléagineux, des huiles (pour les lipides), des fruits et des légumes! Certaines plantes sont très intéressantes du point de vue protéiniques comme le soja qui couvre la majorité des besoins essentiels ou encore le quinoa, l’amarante, le teff, le fonio qu’on a surnommé pseudo céréales et qui facilite largement un bon équilibre alimentaire… Pour ceux qui consomment des œufs, là aussi rien de plus simple! L’œuf est même considéré beaucoup plus intéressant que la viande ou le poisson en terme d’équilibre alimentaire et d’apports!

Comment faites-vous pour cuisiner gourmand et végétarien et végétalien ?
Comment fait-on pour cuisiner gourmand normalement? En créant des associations originales, en ajoutant plein de petits « plus » qui font briller les yeux? Sur une table normale, on trouvera un plat de carottes rappés… Mouais, ça ne m’a jamais emballé! Par contre, un plat de carottes râpées avec des pousses germées, des éclats de cacahuète ou de pistache et une sauce yaourt cacahuète, ça, ça m’emballe! Une salade verte? Oui OK, mais si on ajoutait des jeunes pousses d’épinard, des fraises, des amandes grillées, et qu’on faisait une petite sauce citronnée avec de la purée de sésame, ça serait plutôt chouette non? Côté plat, vous avez déjà gouté des plats du monde type falafels, empanadas, nems, petits plats de nouilles sautés, du riz parfumé avec du gingembre, de la coco de la citronnelle et des noix de cajou grillées?… Il y a des tonnes d’idées! J’adapte aussi des recettes traditionnelles pour retrouver des gouts proches telles que des rougails créoles, mais aussi des plats à la basquaise, à la bourguignonne etc…! Et côté dessert, rien de mieux qu’un dessert végétalien! Je vous assure! La plupart de mes amis sont enchantés par mes desserts car ils sont légers, parfumés, gourmands, plein de saveurs et surtout ils ne vous tassent pas le ventre à la fin du repas! La cuisine végétarienne, c’est beaucoup de créativité, des parfums, des épices, des saveurs originales ou si nécessaires plus traditionnelles selon ce qu’on recherche! ce qui m’amuse toujours, c’est qu’à chaque fois que je cuisine, les gens sont en réalité très curieux et quittent vite le côté traditionnel parfois peu original de la cuisine carnée…

Quels peuvent être les difficultés/les freins à ce type d’alimentation ?
Honnêtement, il y n’y a selon moi pas de difficultés! Même loin des grands magasins, la majorité des grandes surfaces ont aujourd’hui un rayon bio assez bien approvisionné qui permet de débuter ce type d’alimentation! Être végétalien (éliminer tous les produits issus de la production animale = œufs, fromage, lait) demande toutefois plus d’organisation, de réflexion et d’apprentissage. Être végétarien (pas de poisson pas de viande) est plutôt simple! L’étape la plus redoutée est le contact social : comment fait-on lorsqu’on est invités à manger chez d’autres personnes? Je me débrouille toujours! Il y a toujours des légumes, des féculents, des chips, des cacahuètes… il y a aussi des personnes plein de bonnes volontés qui pensent à vous et il y a toujours l’option d’amener aussi à manger pour tout le monde, de participer à la confection du repas!
Au restaurant, en campagne, cela est parfois plus complexe… Même si vous trouvez toujours des salades végétariennes, des pizzas… être végétalien dans des territoires plus reculés est par contre plus complexe au point de vue restauration.

Que pensez-vous du quinoa ? Comment l’avez-vous découvert ? Quelles ont été vos premières impressions gustatives ?
Le quinoa est un super aliment!! Notamment pour les végétariens, c’est un aliment très riche qui couvre la majorité des acides aminés essentiels à un bon équilibre alimentaire! Il est en plus très riche en minéraux! Vraiment, il faut l’adopter! Les productions sont majoritairement issues d’Amérique Latine mais des filières françaises se développent également! Il est produit de manière équitable et aide donc des populations à l’étranger à vivre plus correctement! J’aime beaucoup le gout. Par contre je le cuis parfois un peu plus que ce qui est recommandé car je n’aime pas quand la texture est trop ferme… question de gout! Je l’adore en galettes, en salade froide avec de l’avocat, de la pomme et des noisettes! Et salé je l’assaisonne avec du bouillon de l’oignon et du persil!

Connaissez-vous le chia et le teff ?Si oui, comment les avez-vous découvert ? Les utilisez vous aussi?
Je connais le chia et le teff oui! Je découvre et teste énormément de produits tout simplement en les trouvant en magasins bio ou en ayant l’information à travers d’autres blogs et articles dans les magazines bio. J’utilise parfois le teff, j’en fais des pâtes à tartes salés, je le mélange pour le pain ou le cuisine un peu comme la polenta. Pour le chia, je connais très bien son effet mucilage (texture collante) et ses propriétés alimentaires exceptionnelles mais ne m’en sert pas réellement pour l’instant.

Quels sont les 3 conseils que vous partageriez avec nos consommateurs ?

– N’oubliez jamais de vous faire plaisir! Si vous avez envie de faire attention à votre poids, à votre santé, si vous avez des allergies, du diabète, du cholestérol, oui vous pouvez adopter une alimentation saine tout en conservant votre gourmandise! Sachez qu’une alimentation qui ne fait pas plaisir ne vous apportera en général que des soucis et sera bien terne! Alors que s’alimenter avec plaisir accélère très souvent l’amélioration de l’état de santé!

– Consommez en conscience! Aujourd’hui plus que jamais, nos moyens de consommer modifient notre société! Consommer en circuit court (de producteurs à consommateurs) permet de faire vivre l’économie locale! Consommer à travers le commerce équitable permet à des populations dans le monde de vivre décemment! Consommer bio permet de limiter l’utilisation de substances chimiques dangereuses pour la santé et la planète! Aujourd’hui, il y a un vrai pouvoir des consommateurs! Voyez toutes les marques qui affichent qu’elles ne contiennent plus d’huile de palme, d’additifs alimentaires… Devenez consom’acteurs!

– N’ayez pas peur de vous lancer et de créer! Tout le monde rate, même les meilleurs! Testez les associations les plus folles, mettez trois petites graines de sésame là, une huile de cameline là, essayez la farine de pois chiche ou de petit épeautre, goutez la betterave ou le potimarron crus! Et surtout goutez! Vous pouvez ne pas aimer, mais les saveurs évoluent énormément! donc n’hésitez pas à regouter toujours, comme des grands enfants!

Plus d’informations sur le blog de Noémie:  http://www.lechantdescerisesagitees.fr

Pour plus d’explications sur le Flexitarianism, Miss Cerise and Keïal vous recommandent de lire l’article si-dessous:

http://www.bioconsomacteurs.org/agir/agir-au-quotidien/conseils-pour-manger-bio/comment-manger-bien-bio-et-vegetarien-les-conseils-e

Interview par Vanessa.